Partager sur :

jour 8 - Le jour s’est levé sur Ploumanac’h

jeudi 6 janvier 2022
Le jour se lève sur Ploumanac’h. La mer a encore son air sombre de la nuit, encore aucun marcheur, aucune marcheuse à l’horizon. Le ballet des phares termine son numéro, laisse la place à la lumière du jour, au rose, au bleu, au jaune, au blanc, au doux. Chaque matin, le monde reprend vie, les mots sont en attente et le câlin de l’enfant ou du chat est encore chaud. Chaque matin, des retrouvailles. Les fous de bassan tournent et tournent au-dessus de la mer juste au large de ma table de travail. Je les observe ; ils piquent dans l’eau alors que le petit aileron du marsouin pointe à la surface. Le reflet des écailles des poissons flairés par ce dernier a attiré l’attention des oiseaux et les voilà, marsouin et fous de bassan, à partager un banquet commun. Plage Saint Guirec, un chien court, comme habité par une envie irrépressible de se jeter à l’eau et il nage, nage dans la fraicheur matinale, s’enfonce un peu plus pendant que son maître, le col remonté jusqu’au cou, le rappelle à lui. Les pies s’envolent. Les canards au col vert disparaissent dans les flots. Et les mots s’organisent sur la page comme les bernaches qui, par centaine, tracent des lignes noires dans le ciel pour se rendre jusqu’à la baie Sainte Anne ; elles accompagnent chaque lettre tracée et poursuivent leur vol à coup de milliers de battements d’ailes. Bientôt les phoques mettront bas. Bientôt le printemps reviendra sur le littoral. Dans la transition, je suis comme à la lisière d’un monde ; entre deux syllabes, entre deux chantiers d'écriture, je suis entre deux saisons et je prends mon inspiration, je m’accroche, je laisse les mots se mélanger, comme les roches de granit rose se sont mêlées aux anciennes apparues des millions d’années plus tôt, laissant des traces, des lignes roses sur les roches noires. Et dans l’imprévisible mouvement du monde, le jour s’est levé.

 

 

 

 

Crédit photo : Pauline Guillerm

Que faire à Perros-Guirec ?


Votre profil

OU