Jour 6 - les gardes veillent

Mardi 4 janvier

A l’instant même, je suis toute seule dans la maison du littoral et j’entends le vent s’engouffrer et le bois craquer, je suis seule et partout pourtant, je sens la présence du vivant. L’équipe de gardes du littoral est sur le terrain. Ici, on est garant de la préservation de la côte ; ses landes, ses mousses, ses cailloux. Ici, on s’occupe de la terre et on donne des recommandations aux corps qui déposent leur poids entier sur le sentier. Ici, on s’engage, on travaille dur, on ramasse les déchets, les crottes de chien, on délimite les zones protégées, on taille ce qu’il y a à tailler, on trie et à l’affut du vivant, ici, on observe dans le ciel et dans la mer. Ici, on affronte les éléments. Ici, règne une humeur simple, ici, on se sent instantanément bien. A mon tour de laisser mes pas me guider vers le dehors où le vent s’est remis à souffler. D’après un marcheur, la houle est longue et le vent n’est pas comparable à celui des tempêtes du Nord-Ouest de mars. Je poursuis mon chemin et je ne sais pas quoi faire de tout ce beau, les mots jaillissent à la seconde, je les apprends par cœur pour ne pas les perdre, je me sens si grande et si petite à la fois, je laisse mon regard se faufiler dans les interstices comme dans le trou d’une serrure ; entre deux roches, dans les flaques d’eau et les plis des reliefs, dans la mousse et dans les failles. C’est comme si je voyais tout ; le battement précis des ailes de l’oiseau, le blanc lumineux de son pelage, l’écume mugissante de la vague qui explose contre le granit, la lumière sur l’île qui la découvre comme on déshabillerait dans la délicatesse un corps, les blocs géants au-dessus de moi et les plus petites pierres - les rescapées du ressac, les algues tourbillonnantes comme des asticots qui grouillent dans le vent. Dans chaque rocher, je reconnais la tête d’un personnage ; ils veillent les ancêtres de granit. Et tout autour d’eux, ça danse ; l’eau, les feuilles, les êtres. Ici, on est conscient du vivant, on en prend soin et on garde le sourire.  


Que faire à Perros-Guirec ?


Votre profil

OU