Jour 1

Lundi 22 novembre 2021

Le vent souffle. Le bruit est sourd. L’air s’infiltre.
La mer commence ici
c’est ce qu’indique le petit panneau d’affichage dans le bureau du garde du littoral.
Quelques mètres séparent mon clavier de la houle.
Les mots se confondent avec l’embrun.
Le vent d’Est pousse le paysage.
Ça s’anime. Le décor change. Il circule de droite à gauche.
Spectacle vivant.
Le ciel s’assombrit.
La lumière éclaire désormais le lointain.
Les îles du large s’illuminent.
Il n’y a pas un instant à perdre.
Chaque seconde compte.
Je ne veux pas perdre le fil de l’histoire.
Elle se déroule là devant moi
l’histoire du vivant.
Un rayon de soleil pointe.
L’arc-en-ciel apparait.
Et j’enfile ma veste
laisse un instant ma petite place d’écriture
je claque la porte de la maison en granit
je cours
je dévale le sentier qui mène au grand large
je dévore l’arc-en-ciel des yeux
l’arc-en-ciel entier qui célèbre
on dirait
mon premier jour d’écriture.
Le ciel souhaite la bienvenue aux autrices de passage.
Cette nuit, je l’ai consacrée en partie à essayer de prendre un rendez-vous avec la préfecture des Côtes d’Armor pour un jeune à qui j’ai proposé un coup de main face à l’urgence d’avoir une date pour renouveler son titre de séjour expirant très prochainement. Je n’ai pas réussi. Je me suis endormie avec l’image de ces milliers de personnes tentant elles-aussi de prendre un rendez-vous. Désespérément. Sans jamais en obtenir. De rendez-vous. Dans ma nuit et sur la page web du département, face à une page saturée, persiste l’image de la côte de granit rose, son phare et ses rochers, en photo sur l’écran numérique de la page d’acceuil.
L’embrun aussi vole.
Soudain le grain.
Le bruit de la grosse pluie sur les fenêtres.
Et les quelques courageux sur le sentier se mettent à courir
à la recherche d’un abri.
Face à leur ordinateur
que deviennent-ils ceux et celles à qui l’on refuse un abri ?
Par-delà les mots, la mer.


Que faire à Perros-Guirec ?


Votre profil

OU