Port-Bois de Crec'h Guégan

  • Intérêts : histoire, architecture et paysage
  • Départ : parking de l'esplanade de la douane
  • Distance : 4, 6 ou 8km
  • Durée : 1h à 2h30 de marche

Partez à la découverte du port de Perros-Guirec et de ses ruelles. Au détour d'un chemin observez les lavoirs et vieilles bâtisses de la ville mais aussi le bois de Crec'h Guégan.

SUR LE PARCOURS

  • Quartier de la Rade

Jusqu'en 1930, ce quartier est le centre administratif de la commune, avec 4 hôtels, la poste, la gendarmerie, la gare du chemin de fer et les quais animés par les caboteurs et les bateaux goémoniers. En 1934, la mairie fut construite et on déplaça les commerces vers le bourg. Dans le même temps, le déclin du cabotage et la diminution de l'activité de pêche entraînent un renforcement de l’activité balnéaire de la commune et une urbanisation des fronts de mer de Trestrignel et de Trestraou. Le quartier devient alors plus touristique qu’administratif.

 

  • Bassin du Linkin et son port miniature

Ce bassin est un bassin de chasse, une réserve d’eau destinée à l’évacuation des vases du port lorsqu’il est ouvert à marée basse. Il a été créé artificiellement de 1876 à 1878, grâce à l’édification d’une digue. En 1896, le conseil municipal demandait l’établissement d’une écluse au nord de la digue du port et la création d’un bassin où l’eau de mer serait maintenue à une hauteur de 2 ou 3 m, pour le plaisir de la baignade des enfants et des personnes âgées. Son volume d’eau était alors régulé par des pompes qui se trouvaient dans le magasin des Ponts-et-Chaussées, ancienne capitainerie et aujourd’hui musée de l'Histoire et des Traditions de Bretagne. Le bassin a été aménagé au cours de la seconde moitié du 20ème siècle en bassin de jeux et d’agrément. Vous pouvez ainsi y découvrir un petit port très original sur lequel flottent de petits chalutiers, des petits remorqueurs et bien d'autres types de gros navires réduits à l'échelle d'une annexe et pouvant être pilotés par petits et grands.

 

  • Rue des Herbelines  / Chemin de Landerval

Outre les sentiers littoraux qui font le bonheur des promeneurs, Perros-Guirec possède un important réseau de chemins intérieurs et d’escaliers, un patrimoine culturel et environnemental très précieux. Les Perrosiens disent familièrement qu’ils sont venus « par les gwenojenn ». Cela signifie simplement qu’ils ont emprunté un itinéraire bucolique par les petites routes, chemins creux, raidillons et escaliers. Ces escaliers et sentiers discrets, parfois secrets, permettent aux perrosiens de passer d’un quartier à l’autre en prenant le temps de savourer au calme les charmes toujours renouvelés de leur cité.

Observez les maisons dans ce quartier. A l’époque, elles étaient affectées à l'habitation ou au commerce naissant, aux négociants et aux hôteliers et aubergistes. Elles sont la plupart du temps construites en granit et datées pour les plus anciennes du 1er quart du 18ème siècle, en particulier dans le chemin de Landerval.

  • Lavoir de Landerval

Entièrement rénové en 2011 ce lavoir est un des plus beaux de Perros. Il faut dire qu’à l’époque la Rade était un quartier très important. Ce lavoir était alors un lieu essentiel de la vie quotidienne. Il était protégé et nettoyé chaque dimanche matin, pour qu'il soit propre pour le lundi matin, jour d'affluence. Ce lieu de vie et de gaîté réunissait les lavandières, elles y étaient d’ailleurs très bavardes. On y lavait le linge, les légumes, les outils ou on y rafraîchissait les bêtes. Le lavoir de Landerval était très fréquenté et il fallait retenir sa place pour y mettre sa caisse.

  • Chapelle Saint-Joseph dite de la Rade

La chapelle Saint-Joseph, ou chapelle de la Rade, fut édifiée en 1960. C’est une église moderne entièrement bâtie en granite et qui présente une architecture typiquement bretonne. Sa façade d'entrée se présentant comme un mur-pignon est surmontée d'une niche à statue. Elle comprend un étage de soubassement et un étage de comble éclairé par trois lucarnes à croupe disposées sur le versant postérieur du toit principal. Le pignon sud est couronné d'un clocher à une baie. De l’autre côté de la chapelle, observez comme la sacristie est greffée sur le chevet.

  • Le bois de Crec'h Guégan et son manoir

Le bois de Crec'h Guégan, plus connu des Perrosiens sous le nom de bois d'amour, abrite un monument historique témoin de l’âge d’or de Perros-Guirec. Il fut construit en 1676 et appartenait avec ses dépendances au Sieur de Crec'h Guégan. Il fut désigné dans un aveu de 1699 comme la maison de la Fontaine. C'est un bâtiment rectangulaire flanqué au nord d'une tour. L'élévation antérieure savamment équilibrée témoigne de l'influence française. Acheté en 1981 par un avocat allemand, il a été entièrement restauré.

  • Bocage trégorois

La zone Rurale de Perros-Guirec, qui s’identifie en plateau continental, reste aujourd’hui très marquée par l’histoire locale. De sa vocation première (espace agricole), la commune conserve un paysage bocager. De plus, partout se mêlent petites dépressions et crêtes qui ont favorisés la préservation de ce bocage auquel s’ajoute talus et haies très serrées ainsi que de nombreux chemins d’exploitation.

  • Agriculture et paysage

La pression agricole est ici toujours restée modérée. La perception visuelle du fait du relief, des changements de rythmes, est donc très variée. Cultures céréalières, zone d’élevage, massifs boisés, collines et crêtes contribuent à transformer l’horizon au fil des cheminements.

  •  Longères bretonnes 

Le terme de «longère» ou «maison en longueur » est utilisé pour décrire une maison dont la pièce d'habitation et la ou les pièces d'exploitation sont contiguës et bâties selon un plan linéaire, chaque pièce s'ouvrant directement sur l'extérieur par une porte. On y trouve généralement une pièce d’habitation puis une ou plusieurs pièces pour le bétail. Parfois seule une cloison en planches séparait l'étable de la pièce d'habitation. Dans ces longères, le bétail était alors relégué à l'extrémité opposée au foyer et le sol était en pente pour éviter que le purin n'envahisse la pièce.

  • Point de vue sur la baie

De ce point d’observation vous pouvez apercevoir la baie de Perros-Guirec avec au loin l’île  Tomé et l’archipel des Sept-Iles. L’île Tomé (Taveeg en breton) est située à 2 miles au large de la Pointe du Château. Elle tourne vers la terre sa plus haute pointe, dominant de 64 mètres le niveau des flots. Dans la partie nord de l'île, on peut voir les ruines d'une ancienne ferme, témoin de l'occupation de l'île jusqu'à l'entre-deux guerres. L'île est devenue la propriété du Conservatoire du littoral depuis 1997. L’Archipel des Sept-Iles (Île Rouzic, Île Malban, Île Bono, Île aux Moines, Île Plate, les Costans, les Cerfs) est le royaume incontesté des oiseaux marins. Cet ensemble d’îlots rocheux est un site naturel protégé depuis 1912 et classé Réserve Naturelle en 1976.

  •  Lavoir

La commune de Perros-Guirec ne compte pas moins de 23 lavoirs et fontaines. La protection et la rénovation de ce patrimoine bâti de qualité fait partie de la politique de la ville. Ainsi, ce lavoir ancien, datable de la fin du 19ème siècle, a été démoli en 2005 et refait ensuite par les services techniques de la mairie. Il n’est cependant plus utilisé aujourd'hui.

Que faire à Perros-Guirec ?


Votre profil

OU