Billet du 23 février - Régénération

Quatorze heures seize degrés
Les rochers roses chauffent
Le col roulé, la veste en fourrure et le collant opaque enfilés ce matin sont de trop
Blouson noué à la taille, on part à l'aventure

Pas peur de s'approcher du bord, d'escalader
Pas peur de respirer à pleins poumons
Pas peur de laisser les enfants explorer, de mettre les pieds dans l'eau
D'avoir du sable dans les tennis et des algues sur le jean
On ne fait qu'un
Il n'y a pas la nature d'un côté et l'homme de l'autre

L'air
La beauté
La liberté
La contemplation
Le mouvement
La gratuité
Le respect
Un jour, un italien a dit ...
"Scrute bien la nature, là est ton futur"*

Le vent est fort sur la plage
Les enfants pieds nus construisent des châteaux ou traînent dans les chaos
Les parents dégustent des mille-feuilles sur la plage
Toutes lunettes, tous râteaux-pelles-seaux dehors cet après-midi

Un maçon traverse l'espace, il porte un seau si lourd que son bras s'allonge
Son visage est dégagé, son pas décidé, il traverse les clans des masqués ou pas
Les clans qui ne se mélangent pas ne se parlent pas
Sur la plage

Saurons-nous nous retrouver?
Nous réconcilier Nous écouter Nous aider Nous comprendre Nous aimer
Un jour encore, peut-être ou pas?

Le vent se lève plus fort
Envole la natte, le blouson, la casquette
Chaque clan se frôle pour rattraper ses affaires
Nuage de sable et grains dans les yeux
On ne voit plus rien
Qui êtes-vous, où sommes-nous ?

Des ombres se cherchent
Il me semble qu'elles dansent
Toutes sortes de couples se forment
Les enfants s'enfuient tous ensemble dans les rochers ils s'éclaboussent
Finis les attention-à, les attends-nous, les on-rentre, les tu-vas-te-faire-mal
Plus rien ne les empêche

La tempête se tait, il faut déjà rentrer
Bientôt dis-huit heures...

 

*Léonard de Vinci

Que faire à Perros-Guirec ?


Votre profil

OU