Billet du 22 décembre - Douar

On ne va pas planter des choux, des asperges vertes ou de la patate primeur
On ne va pas construire de villa ou de sauna
On ne va pas faire pâturer des moutons ou des vaches
C'est tout autre chose

Au solstice d'hiver, la grosse machine est venue
Elle a coupé-exporté les fougères fauves
Celles qui peuplent les milieux humides, secs, acides et basiques
Qui se plaisent tant qu'elles laissent peu de place aux autres

Les autres, on s'en souvient grâce à nos vieilles cartes postales
Les coteaux bretons sans construction recouverts de landes d'ajoncs et de bruyères
Flash-back au dix-neuvième siècle
Flash-back plus loin encore
Mémoire ancestrale

Et voici ce que la machine agricole d'Eric a révélé
La terre, LA TERRE
La précieuse, la belle, la féconde
Des milliers de graines prêtes à s'exprimer
Cette banque de graines-là, ce trésor
Sous nos pieds, nos maisons, nos jardins
Banque riche et rassurante

Terre légère, douce, sombre
Douar teñvel
Terre qui glisse entre les doigts sans laisser de trace
Douar skañv
Terre qui sent bon l'humus

D'ici deux ans
Les graines de bruyères, d'ajoncs et de graminées germeront
Recouvriront ces landes qu'on aime tant

Cela aura coûté 8 500 euros, soit 57 centimes par mètre carré
Quelle valeur on accorde à un mètre carré de callune où butine un azuré?
A un mètre carré d'ajoncs où chante un grillon le temps d'une sieste?
Quelle valeur on accorde à un paysage inspirant, ressourçant?
Calculez bien, car c'est du renouvelable, du résilient, du vu à la télé
et disponible 24h/24 et 7j/7 !






Que faire à Perros-Guirec ?


Votre profil

OU