Billet du 14 août - Lous

Sur le chemin du petit bois de la Bastille
Les chênes les châtaigniers entre les chaos granitiques
J'entends un korrigan filer derrière moi, bonnet rouge furtif
Le vent s'est levé dans un doux bruissement de matin d'août

Un claquement fort soudain là-haut
Je sais
Je marche vers le bruit connu, escalade escarpée sur la sente discrète
"Bonjour, Garde du Littoral, vous ne pouvez pas rester là"
"On s'est juste abrités pour la nuit"
"Je ne peux pas vous empêcher de dormir mais à 11h30 il est temps de décamper vous risquez une amende de 135 euros"


Ici papier gras, bouteille, papier souillé
Là mégot, déjection canine, ticket de caisse, masque désélastiqué
Plus loin bâton de sucette, ticket CB, pass de camping, chouchou à cheveux
Un cendrier de voiture vidé pas loin d'une poubelle
Lous* lous lous
Den lous
Lous eo ma galon


Ce n'est pas donné à tout le monde de ne laisser aucune trace d'un bivouac
D'un pique nique, d'une balade à chien, d'une sortie en famille
Dormir dans la nature ça ne se consomme pas
"Toute une éducation" diraient mes parents


Je suis en colère
J'ai envie de vomir
Je marche


Un peu plus loin je m'assieds près du seuil du port
Il reste 2,50 mètres d'eau
Suffisamment pour que les bateaux puissent sortir en mer
Jouer du vent et de l'eau
Jouer d'un jeu d'équilibre de dosage de confiance
Partir quitter la terre quelques temps j'aimerais aussi m'échapper


Autour du seuil le cormoran n'en finit pas de plonger
Un pêche promenade et un canot de croisent tout près
Les marins se saluent
Un ado lance sa ligne à quelques mètres de moi et fouille dans sa petite boîte de pêche
J'aime croire qu'ils ne laisseront pas de trace
Ma colère se dissipe
Un peu


*Lous signifie sale en breton
(je vous laisse chercher les deux autres mots)






Que faire à Perros-Guirec ?


Votre profil

OU