Partager sur :

Jours 29 à 33 - soulèvement

Mercredi 11 mai 2022

Quand, dans la chaleur d’un jour de mai, je reprends la route de ma table d’écriture à la maison du littoral, il me semble que les mots se renversent, changent de direction, et comme un bateau qui dessale en pleine mer se remplit d’eau, parviennent jusqu’au bord de la page de nouvelles expériences ; le vivant s’invite plus que jamais - le vivant dans tout ce qu’il constitue d’imprévisible. Les vents sont contraires. Les mots sont bousculés, ils cherchent leurs places nouvelles. Ils me défient comme le petit chat profite des premiers jours chauds de son existence pour défier la nuit. Les mots, comme le félin, surgissent sans que je ne les voie venir et restent invisibles, comme le félin encore, quand je voudrais qu’ils surgissent. Et pourtant quel que soit le moment de leur apparition sur la page, ils bouleversent les plans, c’est la petite révolution de printemps. Au détour du chemin, mes pas me mènent vers la mer, la transparence soudaine laisse entrevoir le fond de l'eau. La nature offre elle aussi son petit soulèvement. Au bout du ponton, alors que la mer continue de monter, les vacanciers sont interrompus dans leur pique-nique, replient serviettes et nappe à carreaux, rangent glacière et repas, poussent des cris quand une vague plus grande que les autres mouille le sandwich resté sur le granit, courent pour éviter qu’une plus grosse encore ne les engloutissent et sauvent, in extrémis, le déjeuner à peine entamé. J’observe, dans cette scène, l’intensité du vivant qui œuvre là et au-delà de nous. Il n’y a que ça qui compte ; le reflet des mouettes dans l’eau, le souffle chaud de l’été qui s’approche, la brume qui envahit la mer puis la terre, et l’odeur, celle qui fait jaillir les souvenirs d’enfance avec la même puissance que l’odeur d’une mère disparue qui nous parvient à nouveau. Il semblerait que le loup revienne dans les massifs costarmoricains. Je remonte de la plage de la Bastille et je m’en remets au vol des oiseaux ; je le sens, intensément, la révolution sera intérieure.

Que faire à Perros-Guirec ?


Votre profil

OU